Propriétés du lait d’ânesse 

Rare et fragile, le lait d’ânesse est reconnu depuis l’Antiquité pour ses vertus thérapeutiques et cosmétiques. Si sa composition exceptionnelle en nutriments essentiels en fait un ingrédient de tout premier choix,  le bien-être animal et le mode de récolte du lait ont une influence considérable sur sa qualité. Pour qu’une ânesse donne du lait, il faut que son ânon soit à ses côtés. L’ânesse ne produit de lait que pour un unique ânon, d’où la rareté de ce lait.

Lait d'ânesse

Fiche lait d’ânesse 

• Nom : lait d’ânesse 

• Origine : animale

• Forme : liquide (frais ou cru) et en poudre (atomisé ou lyophilisé à froid pour un respect optimal des actifs)

• Quantité : 1,2 litres/jour 

Composition

• Vitamines A, B1, B2, B12, D, C, E.

• Sels minéraux et oligoéléments 

• Proteines et acides aminés 

• Alkylglycérols

• Lactose 

 Les caractéristiques du  lait d’ânesse 

Particularités :

Le lait d’ânesse est le plus proche du lait maternel par sa composition qualitative et quantitative. 

Son profil de tolérance exceptionnel est en lien direct avec son très faible taux de caséine et de matière grasses. 

Son rapport phosphore/calcium permet une bonne assimilation du calcium. Le pourcentage élevé de lysozyme contenu dans le lait d’ânesse est à rapprocher de son rôle probable dans la préservation de l’écosystème intestinal de micro-organismes potentiellement nuisibles (Vincenzetti et al. 2007). 

Supportant très bien la congélation, le lait d’ânesse ne supporte pas les hautes températures, les enzymes qui le composent étant thermosensibles.

Composition :

  • – Vitamines (A, B1, B2, B12, D, C, E)
  •  
  • – Minéraux et oligoéléments (calcium, magnésium, phosphore, sodium, fer, zinc)
  •  
  • – Biostimulines ou immunoglobulines (lactoferrine, lactoperoxydase, lysozyme)
  •  
  • – Alkyl-glycérols intervenant dans la défense immunitaire
  •  
  • – Acide linolénique (oméga-3) et acide linéique (oméga-6)
  •  

Conservation :

Lait d’ânesse frais : lait simplement filtré et utilisé directement après la traite sans refroidissement ni transformation

Lait d’ânesse cru : lait filtré après la traite, puis refroidi entre 0° et 4°C (doit alors être consommé dans les 24 heures) ou congelé ou encore surgelé.

Lait atomisé : lait que l’on projette dans un flux d’air chaud pour en extraire l’eau sous forme de vapeur. La poudre est ensuite récupérée.

Lait lyophilisé : lait d’abord congelé à très basse température puis qui passe de l’état de glace à l’état de poudre par paliers de vide d’air à température ambiante (sublimation) sans passer par l’état liquide. Cette technique permet l’obtention d’un produit final de haute qualité.

De l’usage traditionnel à la recherche scientifique

D’un point de vue diététique : 

Le lait d’ânesse suscite un intérêt croissant depuis de nombreuses années. L’histoire semble, en effet, montrer une tradition millénaire d’utilisation du lait d‘ânesse dans différents applications. 

Il fut utilisé dans l’antiquité pour guérir toutes sortes de maladies. Les Romains, déjà utilisaient le lait d’ânesse pour ses vertus thérapeutiques. François 1er, roi de France, éreinté par le guerres et les excès, suivra les conseils d’un médecin de Constantinople et adoptera une cure de lait d’ânesse, qui fit, dit-on, des miracles.

Mais quelles sont les connaissances actuelles du lait d’ânesse comme aliment ? 

De nombreuses recherches sont menées, depuis quelques années, sur les propriétés alimentaires du lait d’ânesse et elles sont unanimes. Il y a actuellement près de 900 publications scientifiques en ligne; c’est dire si la communauté scientifique s’intéresse à cet actif naturel. 

Ces publications sont très intéressantes, elles mettent en exergue l’effet bénéfique du lait d’ânesse et de ses composants dans différentes sphères telles que les intestins, le microbiote intestinal, la sphère digestive, le coeur, la peau …

Le principal obstacle reste le coût élevé de la production.

En cosmétique :

Les quantités de lait d’ânesse nécessaires au développement de cosmétiques sont bien moindre. 

La littérature fait souvent référence à des personnages emblématiques tels que Cléopâtre, Poppée ou Diane de Poitiers qui auraient conservé la jeunesse de leur peau grâce à des bains de lait d’ânesse mais là encore, des publications scientifiques ont objectivé les propriétés du lait d’ânesse.

Une étude italienne sur les cosmétiques au lait d’ânesse liste les différentes propriétés du lait d’ânesse en matière de soin de la peau (Cosentino – 2013) 

Propriétés hydratantes et ré-équilibrantes pour la membrane des cellules cutanées en lien avec la teneur élevée en lysozyme et la présence d’acides gras au pouvoir anti-oxydant.

Prévention du process de vieillissement cutané, un effet lissant est obtenu par comblement des rides d’expression (Orsingher – 2011)

Régénération de la substance intercellulaire du derme en stimulant la synthèse du collagène (Orsingher – 2011)