De 66 naissances en 2000, le nombre a chuté vertigineusement ces dernières années pour n’être que de 14 en 2016.

La sonnette d’alarme est tirée et plus qu’une prise de conscience, c’est un véritable élan collectif qui est nécessaire si nous souhaitons continuer à côtoyer dans nos campagnes ces ânes forts et bien charpentés que sont les Ânes noir du Berry !